Skip to content

Archibald et la sorcière d’Isabelle Ellis

16 avril 2013

Coin Info: 

Titre: Archibald et la sorcière

Auteur: Isabelle Ellis

Edition: Amalthée (Service Presse)

Prix: 12, 20 euros

Pages: 104

Résumé: 

Archibald a huit ans et, comme ses camarades, il attend ses parents à la sortie de l’école. Or personne ne vient le chercher. Au cours d’une longue attente entre l’abribus et la vieille maison de « la sorcière », Archibald découvre un monde insoupçonné à la nuit tombée. Il sortira grandi de sa rencontre avec Louise, surnommée « la sorcière » car vieille et solitaire, dont il n’oubliera jamais les enseignements.

Mon avis:

Tout d’abord, je tiens à remercier les éditions Amalthée pour ce nouveau service presse. C’est toujours avec une très grande joie que je découvre leur roman.

C’est l’histoire d’un garçon Archibald, surnommé Arhci, âgé de 8 ans qui est oublié par ses parents après la fin de sa journée à l’école. Au début, celui-ci ne veut pas l’admettre. Il est persuadé que ses parents (ou du moins son père ou sa mère) vont venir le récupérer. De plus, il a peur de « la sorcière » qui vit juste en face de son école dans une vieille maison. C’est alors qu’il va découvrir le monde de la nuit accompagné de son nouvel ami, Tom.

L’auteure, à plusieurs reprises, met des pointes d’humour pour faire de se roman, à première vue plutôt triste, un roman remplis d’humour et de bonheur.

Ce roman permet aux enfants de dédramatiser certaines situations qui, pour eux, sont synonymes d’horreurs ou simplement de peurs. Quels enfants n’a jamais ressenti cette crainte d’être oublié?

Ici, en suivant Archi, l’enfant va remarquer que cette peur peut se révéler pas si catastrophique. Certains arrivent à vivre dans la rue et ne sont pas pour autant malheureux. Ce n’est certes pas une situation réjouissante, mais il faut vivre avec ce que nous avons sans trop en demander.

Des milliers d’enfants dans le monde vivent sans rien, s’amusent avec un rien, n’ont même pas de maison avec un toit, de l’eau et un lit. Ce livre permet à l’enfant de dédramatiser et de lui faire prendre conscience que la vie qu’il a n’est pas si mal, même s’il prétend le contraire. 

L’enfant va aussi apprendre que porter des préjugés sur une personne n’est pas une bonne chose. Il faut être sûre de ce qu’on affirme et ne pas s’arrêter seulement sur le physique de la personne. Certains préjugés peuvent blesser la personne et la rendre désagréable avec nous alors que ce n’était en rien notre but. Archi avait porté un préjugé sur la femme qui surnommé « la sorcière », il avait peur d’elle. Il se rendra compte par la suite qu’elle n’est pas si méchante, voir même très gentille, et qu’elle ne mérite en aucuns cas ce surnom.

Au final, au travers de ce livre, Archibald sortira grandi et donnera une très bonne leçon de moral aux jeunes (ou moins jeunes) lecteurs. C’est un livre qui permet à l’enfant de voir sa vie d’une autre façon et de l’apprécier d’avantage.

Publicités

From → Aventure, Jeuneusse

2 commentaires
  1. Pourquoi pas, ça m’a l’air sympa ! 🙂

Votre commentaire, c'est ici !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :